GO TO / TECTONIQUES / INGÉNIEURS

Un projet caméléon
Autun / Saône et Loire / France

Projet caméléon

La Maison de la petite enfance à Autun est un objet architectural étonnant dans la production de l’agence Tectoniques. Bâtiment en équerre et de plain-pied, ourlé d’une grande casquette irisée et réfléchissante, il offre à son environnement une présence surprenante et cadre de façon ludique et joyeuse un paysage urbain encore flottant.
Il oppose un extérieur anguleux et sombre à un intérieur doux, rond et coloré, des faces très ouvertes sur l‘extérieur et d’autres très opaques lorsque le voisinage l’impose.
Ce généreux équipement de 1400 m2 regroupe une crèche de 90 berceaux divisée en trois sections et un Relai Intercommunal d’Assistantes Maternelles. Spacieux et confortable pour les publics qu’il accueille avec attention, il distille une grande bienveillance dedans et dehors.

Des « Crayons verts » au « Bel gazou »

« Bel Gazou », nom donné à l’équipement d’Autun par la communauté, vient enrichir l’expérience de l’agence en terme de Maison de la petite enfance après « Les crayons verts » réalisée à Saint-Didier-de-Formans dans l’Ain.
Les deux projets ont des similitudes. Le programme est identique, l’environnement ingrat dans les deux cas : un cœur de village dévitalisé à Saint-Didier, une plateforme périphérique à Autun. Le protocole constructif est comparable : une construction bois rassemblée autour d’un unique voile en béton. La typologie ne varie pas : bâtiment de plain-pied organisé autour d’une large et lumineuse galerie intérieure. La posture architecturale est analogue : abstraite et silencieuse de loin, rigolote et figurative en vue rapprochée. Seule la composition géométrique diffère : la Maison de Saint-Didier est toute en courbes tandis que celle d’Autun toute en angles.

Faire volte-face

À Autun, le bâtiment s’implante à la limite entre centre historique et périphérie, caractérisée par des immeubles collectifs des années 70, bordés d’espaces publics indéfinis et de grandes surfaces de stationnements, vides la plupart du temps. Le terrain trop étroit a une forme complexe. Aucun point d’accroche consistant ne permet d’envisager un dialogue ou une connivence.
Le projet fait donc le pari d’une initiative pour l’instant solitaire. Il organise sa propre mise en scène, espérant qu’une dynamique puisse avoir lieu dans les phases de mutations suivantes, notamment au titre d’une requalification souhaitable des espaces publics.
Projet de couture, il vient « s’enrouler » autour de l’existant et développe deux grandes barrettes perpendiculaires, ouvertes sur le quartier au Sud et à l’Est.
Le parvis d’entrée se trouve à l’angle des deux corps de bâtiment. Pour la « grande » histoire, ce point correspond au croisement exact de deux voies romaines, cardo secondaire et decumanus. Le site a d’ailleurs fait l’objet de fouilles archéologiques et doit être préservé de toute construction en profondeur avec des fondations très superficielles imposées, ce qui relativise de manière amusante la pérennité de cette intervention.

Silencieux de loin / rigolo de près

Les deux corps de bâtiments sont disposés sur un terrain dont l’assiette est légèrement plus basse que son environnement. L’ensemble dégage une impression générale assez silencieuse qui neutralise volontairement la présence de l’équipement dans le paysage. Au lointain, le projet s’apparente à un pli du terrain sous la forme d’une figure assez abstraite. Il n’apparaît dans sa vraie dimension, qu’en point de vue rapproché.
À ce moment l’effet s’inverse et son échelle paraît subitement plus grande, sa texture plus lumineuse et son architecture plus gaie. La façade réfléchissante projette des couleurs et des images en mouvements. Les ouvertures sont hautes et larges et laissent passer le regard vers les ambiances chaleureuses de l’intérieur.

Irisée et brillante

Le large avant-toit, qui protège les abords de l'équipement, est revêtu de panneaux sandwich en aluminium laqué brillant à effet irisé. Il qualifie tout le projet, particulièrement l’entrée dont il intensifie l’effet de perspective. Son angle est défini pour contrôler les apports solaires.
En dehors de sa fonction de protection, il agit comme un support scénographique, en reflétant une projection d'images et de couleurs, sans cesse changeantes, parfois réalistes, parfois abstraites, teintées du rose au vert selon l'éclairage et l'angle de vue.
Cette présence dynamique et ludique, rythme et accompagne la journée des enfants, dégageant une très forte énergie. Elle est accentuée par la neutralité des façades, habillées de plaques sombres et absorbantes, et équipées de stores et de menuiseries anthracites.
Un contraste très marqué entre intérieur et extérieur joue par le choix des teintes, des matières, et des formes (sombre dehors / clair dedans, irisé et brillant dehors / mat et naturel dedans, anguleux dehors / arrondi dedans) et par un simple mécanisme de relativité accentue le caractère apaisant et bienveillant des ambiances intérieures.

Bandes actives et niches alvéolaires

L’organisation interne est simple, les espaces généreux se succèdent dans une grande transparence qui facilite le repérage. L’ergonomie soignée et l’harmonie colorée s’adaptent au monde de la petite enfance. L’entrée confortable à l’articulation des deux programmes offre des perspectives sur l’ensemble de l’équipement. Le RIAM se développe à l’Ouest sur le parvis, la crèche au Nord côté jardin. Tout le programme s’articule le long d’une large galerie continue, espace de vie, de liaisons, de transitions qui forme la colonne vertébrale du projet
Le long de cette colonne, des alvéoles rassemblent les fonctions nécessaires à un groupe d’enfants. Les salles d’activités ouvertes sur le paysage s’organisent le long des façades extérieures. Les salles de propreté, attenantes, font l’interface avec les espaces de repos. Elles communiquent d’une alvéole à l’autre et proposent ainsi une très grande flexibilité entre l’ouverture ou fermeture des espaces suivant les besoins d’intimité ou de communauté.
Sur les faces intérieures sont distribués les locaux administratifs, techniques, le réfectoire et la cuisine (préparation des repas sur place), éclairés par des patios intérieurs.
L’ambiance lumineuse et colorée est qualifiée par le jeu de trois matériaux : le bois, utilisé dans son aspect naturel pour les plafonds et les structures apparentes ; le béton, laissé brut, pour le grand voile de stabilité qui traverse tout l'équipement ; les plaques de gypse, peintes de quatre couleurs, comme les mobiliers, en partie fournies par le fabriquant Tolix (installé à Autun).

Des principes constructifs fidèles aux convictions Tectoniques

D’un point de vue constructif, le projet suit les principes Tectoniques avec quelques particularités. La structure est mixte béton / bois. Le sol est une dalle béton portée sur des fondations en micro pieux (excavation de 0,70 m pour fouilles archéologiques). Un grand voile de béton blanc, construit le long de la galerie centrale, assure la stabilité du bâtiment et lui confère l’inertie nécessaire. Toute la structure et la charpente sont en bois, associé à un complexe d’isolation de 40 cm en ouate de cellulose et fibre de bois. La toiture est végétalisée de rouleaux pré cultives et épargnée d’équipements techniques.
À l’intérieur, il n’y a pas de faux-semblants et les matériaux sont visibles là où ils sont nécessaires. C’est le cas, par exemple des plafonds en bois des salles d’activités qui restent apparents et jouent aussi un rôle de plafond acoustique. Idem pour les salles de propreté et leurs faux plafonds en panneaux de fibres de bois minéralisées, réglés par des calepinages précis.
Le maximum de lumière naturelle est recherché. D’abord par l’utilisation d’ouvertures de toute hauteur dans les salles d’activité et sur les patios créant de véritables tableaux de paysage. Des sheds en toiture apportent une lumière zénithale dans l’épaisseur du bâtiment, là où elle est nécessaire.
D’un point de vue énergétique, le bâtiment est sous RT 2012. Le voile de béton placé au cœur du bâtiment, permet de gagner en inertie. Le grand déroulé de façades est compensé par le choix de leurs orientations et par une importante isolation. Les vitrages sont protégés par des BSO.
En terme de dispositifs d’accompagnement, une ventilation double flux garantit la qualité, la température et le renouvellement de l’air. Dans les grandes salles, une déstratification est assuré par de grands ventilateurs plafonniers programmés en vitesse lente, pour rester silencieux. Ce de traitement d’air est associé à des radiateurs d’appoint. La production de chauffage est assurée par deux chaudières gaz à condensation, une pour chaque pôle puisque les besoins ne sont pas du tout les mêmes.
Des procédés d’ouverture motorisés permettent d’assurer une ventilation naturelle et traversante entre les façades et les sheds en partie haute, ainsi qu’une ventilation nocturne en période chaude.
La toiture végétalisée joue le rôle de sur-isolation sur une vaste surface et d’absorption d’une partie des eaux pluviales. Le bio-sourçage des matériaux utilisés, majoritairement issus de la filière bois, a été un facteur décisif dans leur choix.

Un projet caméléon, Autun / Saône et Loire / France
+
 

Maître d’ouvrage / Client: Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Architectes / Architects: Tectoniques
Economistes / Economist: Tectoniques

Bureaux d’études / Design and Engineering:
Structure bois / Wood structure: Arborescence
Fluides / Fluids: Thermibel

Total SHON / Total floor area: 1 450 m2
Coût travaux / Cost: 2,97 M € H.T.

Programme :
Une crèche de 90 berceaux / a day nursery with 90 places
Un RIAM / a center providing services for child minders
Photographes w/ Photographs: Jérome Ricolleau et Tectoniques
Traducteur / Translator: Kim Barrett / Version Originale

Principales entreprises / Main suppliers:
Gros oeuvre / Shell: Dufraigne
Charpente bois / Wood-structured roof: CEM charpente
Chauffage, plomberie, VMC / Heating,
plumbing, mechanical ventilation system: Massey
Electricité / Electricity: Gauthey
Menuiseries intérieures / Internal woodwork: Batimob MGD
Menuiseries extérieures / Outdoor joinery: AEB

document à télécharger
/ Press Release / Dossier de presse 1,00 MB